Revenir au site

La naissance de la géographie féministe

Par Cécile Fara, co-fondatrice de Feminists in the City

· Histoire,Débats

Quand Alyssa Milano, une célèbre actrice américaine, a tweeté le 15 octobre 2017 : Si vous avez été victime de harcèlement ou d'agression sexuelle, écrivez " Metoo " en réponse à ce tweet, elle n'avait pas la moindre idée du mouvement mondial qu'elle avait lancé. Dans les mois qui ont suivi, des millions de tweets, d'actions, de messages et de commentaires ont transformé ces deux mots en un symbole mondial (Zacharek et al. 2017). Si "Metoo" était à l'origine l'idée de Tarana Burke, activiste féministe, si elle visait initialement les jeunes femmes de couleur des communautés moins favorisées et donc plus exposées au harcèlement et à la violence sexuels, et si elle a commencé dès 2006, les nombreuses contributions des stars hollywoodiennes ont fait passer ce mot à une autre échelle (Brockes 2018). Partager "Metoo" est particulièrement puissant, car cela crée "l'empouvoirement par l'empathie", un sentiment de communauté et réduit ainsi considérablement les sentiments de honte et de solitude inhérents à de telles expériences (metoomvmt.org). Le mouvement #metoo était également important parce qu'il soulignait encore davantage les dichotomies bien ancrées entre les sexes qui continuent de façonner les sociétés contemporaines.

Dans le féminisme français d'aujourd'hui, le mouvement a évolué différemment, notamment à travers la polémique sur le harcèlement de rue et dans les transports publics. Elle a opposé les signataires de la tribune des 100 femmes du journal Le Monde, qui prônait le droit d'importuner (Collectif 2018), intrinsèquement lié à la libération et à l'émancipation sexuelles des femmes, à d'autres féministes, notamment les féministes intersectionnelles, qui remettaient en cause le droit des signataires à s'exprimer pour la majorité des femmes (A-C.D./AFP 2018). Ce débat peut être considéré comme un microcosme des discussions qui ont eu lieu dans les études sur le genre au cours des dernières décennies, et reflète surtout l'évolution récente qui a conduit à la création de la géographie féministe comme champ académique.

En effet, la géographie a longtemps été un sujet dominé par les hommes et n'a pas pris en compte le