Revenir au site

Les femmes et la Révolution française - janvier à octobre 1789

Par Richard C DeStefano, Enseignant, Historien de recherche - Femmes et féminisme dans la France révolutionnaire.

· Histoire

"Comment a-t-elle été créée ? Je ne sais pas si vous vous en rendez compte, mais elle était à l'image de Dieu. Comment peut-on oser dire du mal de quelque chose qui porte une si noble empreinte ?"[1]

-Christine de Pizan, Le Livre de la Cité des Dames, 1405

Les œuvres de Christine de Pizan étaient peu communes pour l'Europe du début du XVe siècle. Le Moyen Âge est une période où les structures sociales et politiques sont déterminées et dominées par les hommes. Le rôle des femmes était celui d'épouse, de mère et d'instructrice religieuse à la maison. Pourtant, de Pizan croyait que les femmes avaient un statut plus élevé dans la société, affirmant que les femmes pouvaient faire la même chose qu'un homme si on leur en donnait l'occasion. Le rôle des femmes était simplement d'assurer l'éducation morale et religieuse de la famille et tout signe de réussite serait l'œuvre du mari. C'était la structure sociale dans une grande partie de l'Europe. Néanmoins, alors que la France du XVIIIe siècle, en particulier la ville de Paris, devenait une poudrière de colère féodale contre la cupidité égoïste de l'aristocratie, la vision des femmes sur leur rôle dans la société et le gouvernement a commencé à changer. Les femmes ont commencé à exprimer leur mécontentement quant à l'absence d'égalité, d'abord directement au roi.

Oui, les idées d'égalité sociale, économique et politique étaient certainement promues par les salons de Paris pendant la période des Lumières, mais ce n'étaient que des idées. Cette philosophie nouvelle, et pour certains, dangereuse, a finalement été mise en pratique dans le pays nouvellement créé qu'est l'Amérique, où les femmes n'étaient pas non plus considérées comme égales sous de nombreux aspects. Elle allait cependant donner un aperçu, un point de départ, de la possibilité d'une égalité des genres.

On pouvait difficilement prévoir les événements qui suivirent l'assemblée générale des États en mai 1789, qui conduisit à la chute de la monarchie. Avec une monarchie aussi puissante au pouvoir centralisé, les Etats Généraux étaient rarement convoqués en session. En fait, les Etats Généraux n'avaient pas été convoqués depuis près de 150 ans. Le roi Louis XVI s'est retrouvé dans une situation qui se détériorait et qu'il s'est efforcé de corriger. Son pays était au bord de l'effondrement financier, la nourriture devenait rare pour de nombreux pauvres et le prix du pain avait atteint des prix hors de portée pour beaucoup. La construction et l'entretien du château de Versailles sous Louis XIV, les longues guerres avec l'Angleterre et l'aide apportée aux colons dans la guerre d'indépendance américaine contre l'Angleterre ont conduit la France sur la voie d'un quasi-effondrement financier. Le roi a donc ressenti le besoin de réunir les États généraux en espérant qu'ensemble, ils seraient capables de tracer la voie du retour de la France à la stabilité économique.

Les femmes du tiers-état étaient certainement bien représentées par leurs homologues masculins dans les États généraux, l'organe représentatif de la France jusqu'à la fin du XVIIIe siècle. Toutefois, leur représentation était fondée sur le statut social et non sur le sexe. Les représentants des trois unités sociales de la France constituaient les trois chambres des États généraux. Le Premier État était le clergé. Le second est la noblesse. Le troisième pouvoir est plus ou moins constitué de tous les autres, notamment de ceux qui n'ont pas de sang aristocratique. Chaque chambre était représentée en fonction de la population. Cependant, le problème systématique des membres du troisième pouvoir était le système de vote au sein du corps législatif. L'organe votait sur la base de la succession plutôt que par tête. Par conséquent, les deux premiers domaines, dont les privilèges étaient réglementés par le gouvernement et dont la fiscalité était faible, voire inexistante, pouvaient toujours voter contre le tiers-état.

La Révolution française a été la révolution qui a mis fin au christianisme et à l'Église catholique. Elle a balayé les privilèges aristocratiques et, d'un coup de plume, a mis fin à des siècles d'ordre social fondé sur le sang familial. Pourtant, ce qui a peut-être échappé à bon nombre de révolutionnaires, c'est l'absence d'égalité des genres que les grands hommes des Lumières ont peut-être imaginée. De grands hommes et de grandes femmes ont précédé la révolution qui allait dominer les Français à la fin du XVIIIe siècle. Des femmes comme Mary Wollstonecraft, qui a défendu les droits des femmes à une époque où les femmes avaient très peu de droits à l'égalité. Au début, la révolution en France n'a pas été directement entreprise comme un moyen d'égalité sociale, ni comme une tentative de renversement du gouvernement. Le changement de gouvernement français était en réalité une modification de la monarchie absolue prévoyant des limitations au pouvoir du roi tout en établissant un ordre social plus conforme aux idéaux des Lumières. Cependant, les femmes ont d'abord été laissées à l'écart de ce changement dans la politique et la société françaises.

Quoi qu'il en soit, lorsque beaucoup évoquent des images de la Révolution française, ils pensent à des gens qui se font charrier à mort par la guillotine devant des foules en liesse, à des attaques violentes contre des aristocrates ou à la Bastille. La violence ne connaissait pas l'inégalité des genres. Les femmes ont joué un rôle important dans les actes de violence en raison d'un certain nombre de facteurs motivants. Le meurtre de Jean Paul Marat par Charlotte Corday (nous la découvrons lors de la visite féministes "Les femmes révoltées"), la Marche des femmes à Versailles et la participation des femmes aux émeutes du sucre montrent comment les femmes ont fait évoluer la révolution dans le sens de leur propre motivation. Néanmoins, les femmes ont également pris des mesures pacifiques dans l'espoir d'atteindre leur objectif. En fait, quatre mois seulement avant la réunion des États généraux, les femmes du Tiers-État ont fait part de leurs préoccupations dans une pétition adressée directement au roi Louis XVI lui-même.

Le respect que les femmes du Tiers État avaient pour la monarchie en janvier 1789 était visible à travers leur rhétorique dans une pétition s'adressant respectueusement au roi. Dans leur pétition, elles voyaient clairement le roi comme quelqu'un qui était capable et peut-être disposé à offrir aux femmes des opportunités éclairées, croyant qu'elles pourraient être mieux estimées par les hommes, plutôt que de contester leur autorité. Elles étaient peut-être bien conscientes de l'ignorance du roi à l'égard des femmes du Tiers-État, l'informant des inconvénients de naître femme.

Demandant "que les hommes ne soient pas autorisés, sous aucun prétexte, à exercer des métiers qui sont l'apanage des femmes - que ce soit comme couturière, brodeuse, boutiquière de chapellerie, etc. ; si on nous laisse au moins l'aiguille et le fuseau, nous promettons de ne jamais manipuler la boussole ou l'équerre"[2], les femmes du Tiers Etat associées à la rédaction de la pétition étaient clairement fières de leur travail comme le montre cette citation, estimant que les hommes ne devraient pas "exercer des métiers qui sont l'apanage des femmes". Si les hommes s'abstenaient d'exercer ces métiers, les femmes permettraient aux métiers, considérés comme la prérogative des hommes, de le rester, en promettant de ne jamais "manipuler la boussole ou l'équerre". Les femmes du tiers-état ont reconnu l'association entre les métiers et le genre, estimant que chacun doit être dédié et réservé à l'autre. Si les hommes et les femmes avaient une vision différente de l'égalité, il semble, d'après leurs écrits, que les domaines de travail auraient également été considérés comme inégaux. Pourtant, les femmes considéraient que leur travail était important pour leur identité de genre et demandaient au roi de le maintenir ainsi.

Le changement d'attitude des femmes à l'égard du roi aura changé au cours de l'été 1789 et en octobre 1789. Leur colère, ainsi que celle de leurs homologues masculins, à l'égard de l'Ancien Régime se manifestera par leur participation aux émeutes parisiennes & notamment à la prise de la Bastille le 14 juillet 1789. Cependant, leur colère à l'égard de l'économie en difficulté s'est d'abord manifestée aux pieds des hommes. Stanislas Maillard était un gardien de 26 ans, ainsi qu'un Vainqueur de la Bastille. Dans son témoignage devant le tribunal du Châtelet, il décrit les événements du 5 octobre 1789. Maillard et les femmes avaient un point commun : ielles espéraient tou.te.s deux déposer des plaintes économiques auprès de la mairie. Cependant, leurs méthodes et leurs motivations ne pouvaient pas être plus éloignées les unes des autres. Une fois de plus, les femmes feront part de leurs désirs au roi, mais le respect affiché dans leur pétition de janvier 1789 n'existe plus. Ce qui est apparu à ce moment-là, c'est que leur patience s'est à présent transformée en une violence totale. Alors qu'au début de 1789, leurs frustrations étaient dirigées vers le roi, leur colère se tourne maintenant vers les hommes mêmes qui participent à la révolution elle-même et vers ceux qui, selon eux, n'y participent pas assez.

Les femmes et la révolution française

Le matin du 5 octobre 1789 marque le début de la Marche des femmes vers Versailles. Les femmes, bouleversées par la hausse considérable du prix du pain, marchent sur l'Hôtel de Ville au centre de Paris. Maillard lui-même témoigne de la colère des femmes, qui remplissent l'hôtel de ville en essayant d'enfoncer des portes. Il est clair que les difficultés économiques de la France sont imputables à l'affirmation selon laquelle "les hommes n'étaient pas assez forts pour se venger de leurs ennemis et qu'ils (les femmes) feraient mieux". [3] Ne reconnaissant manifestement pas le fossé entre les genres, les femmes ont estimé qu'elles pouvaient faire mieux que les hommes et ont considéré d'autres concitoyens français comme des "ennemis", ce qui sera démontré lors de leur marche vers Versailles.

J'étais à Paris, récemment, l'été dernier, pour quelques semaines. Bien que je sois allée à Paris à de nombreuses reprises, c'était la première fois que mon fils et ma fille étaient avec moi. J'ai toujours ressenti un lien avec les gens de l'histoire, leurs luttes et leurs succès et je voulais que mes enfants ressentent le même lien. Après une journée de visite des sites de la révolution, ma famille et moi sommes allés assister à un match de la Coupe du monde féminine au Parc des Princes. Nous avons apparemment sauté des luttes féminines de 1789 à la Coupe du monde féminine de 2019. De plus, je ne pouvais m'empêcher de penser à la fierté des Parisiennes de 1789 qui se sont battues pour l'égalité, de voir leur ville accueillir un match de la Coupe du monde féminine. Cela m'a également rappelé le combat récent de l'équipe féminine de football des États-Unis pour l'égalité des salaires. Et c'est devenu le lien avec l'histoire que j'enseignais à mes enfants sur les femmes de la France révolutionnaire et leur lutte pour l'égalité. En utilisant l'histoire, je veux que mes enfants apprennent à connaître ceux qui se sont battus dans le passé pour offrir à ceux de demain de meilleures chances, que leur combat n'a pas été vain. Mais je veux aussi que ma fille et mon fils grandissent en sachant qu'ielles ont tous deux, nous tous, un rôle futur à jouer dans la poursuite de la lutte pour l'égalité de tous.

Sources:

[1] Di Pizan, Christine, The Book of the City of Ladies. New York: Persea Books, 1982. Print.

[2] Pétition des femmes du Tiers Etat au Roi. 1er janvier 1789. Bibliothèque Historique de la Ville de Paris. N.p., n.d. Web 25 September 2018 https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/ark:/73873/pf0000961776

[3] Levy, Darline G, Harriet B. Applewhite, and Mary D. Johnson. Women in Revolutionary Paris, 1789-1795. Urbana: University of Illinois Press, 1979. Print.

[4] La Journée memorable de Versailles le lundi 5 octobre 1789. Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, Web 13 August 2019 RESERVE QB-370 (18)-FT 4

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK