Revenir au site

Christine de Pizan: icône féministe?

par Aude Barthe, rédactrice pour Feminists in the City

· Histoire,Portraits de femmes

Il faut attendre les années 1980 pour que l’œuvre de Christine de Pizan (Pisan dans les textes anciens) soit redécouverte et mise en lumière. Philosophesse et poétesse, Christine de Pizan (1364-1430) est la première écrivaine française connue à vivre de sa plume. Son ouvrage La Cité des Dames constitue à ce jour, le premier manifeste féministe occidental.

Christine de Pizan

Christine de Pizan (1407)

Christine de Pizan naît à Venice en 1364. De part son père, Thomas de Pizan, médecin du roi Charles V, elle reçoit une éducation très riche : elle étudie la musique, la poésie ainsi que le français, l’italien et le latin. C’est d’ailleurs à la cour du roi qu’elle commence sa carrière d’écrivaine en composant des pièces lyriques qui lui valent l’admiration de la noblesse. Christine cesse d’étudier pour suivre les occupations qui lui sont assignées : à l’âge de 15 ans elle se marie à Etienne Castel, secrétaire du roi. Ce mariage est décrit par l’autrice comme un mariage heureux. Trois enfants naissent de cette union.

Les années 1380 sont cependant un tournant pour Christine de Pizan. Son père et son mari décèdent à quelques mois d’intervalle, vraisemblablement en 1387, laissant alors Christine seule avec toute une famille à charge. Durant quatorze ans, elle enchaîne plusieurs procès (liés à ses dettes familiales) en se défendant seule. Elle choisit ensuite de consacrer sa vie à la littérature, faisant d’elle la première écrivaine française à vivre de sa plume. Elle décide également d’aller à contre-courant des coutumes de l’époque en choisissant de rester célibataire et de subvenir aux besoins de sa famille par ses propres moyens.

Christine de Pizan est impliquée dans le débat sur le Roman de la Rose (œuvre de Jean de Meun, profondément misogyne) entre 1401 et 1405. C’est notamment cet ouvrage qui lui donnera l’envie d’écrire sur la condition des femmes. Christine dénonce l’indécence des propos et défend l’honneur des femmes qualifiées de débauchées par nature. La Cité des dames, écrit entre décembre 1404 et avril 1405 est parfois considérée comme un ouvrage « pré-féministe ». Christine entreprend dans ce livre de revaloriser la condition féminine en parlant des femmes illustres et vertueuses.

Sa cité est métaphorique et le dialogue entre les trois dames démontrent la dignité des femmes. La Raison est évoquée d’abord pour rejeter les « sales pierres grossières et noires[1] » c’est-à-dire idées fausses reçues sur les femmes que l’on trouve chez Cicéron et Ovide par exemple. Les pierres seront remplacées par des « belles pierres reluisantes » qui sont les femmes illustres de l’Antiquité au temps présent. La Droiture prend place à la Raison qui doit construire la ville avec des vertus féminines. Justice est évoquée pour couvrir la cité avec des toitures en y amenant la Vierge-Marie. Avec cet ouvrage, Christine démontre que « Dieu n’a point eu, et n’a pas en réprobation le sexe féminin pas plus que celui des hommes[2]».

Femmes et hommes sont donc égaux devant Dieu mais pas dans la société parisienne du XVème siècle. Dans le livre II, Christine de Pizan énumère toutes les vertus que possèdent les femmes, comme le dévouement, la discrétion, la chasteté, le courage et la générosité. Pour elle « il n’est pas nécessaire à la chose publique qu’elles se mêlent de ce qui est l’affaire des hommes. Il suffit qu’elles s’acquittent de l’office qui leur revient [3]». Ainsi, les femmes doivent rester dans le rôle qui leur est assigné à la naissance. Toutefois, si les femmes ne font pas la guerre ce n’est pas qu’elles n’en sont pas capables, elles sont toutes aussi courageuses que les hommes. Christine raconte les histoires des Amazones, ces guerrières redoutables. Pour ce qui est de la justice, les femmes ne font pas parties du Parlement certes, mais elles ne manquent pas de compétences pour la politique et la justice.

Elle illustre son propos par l’histoire de France qui est riche de femmes exemplaires : Frédégonde, Blanche de Castille, Marie de Blois etc. Christine de Pizan prend ensuite très à cœur la question de l’éducation des femmes. Si elles ne sont pas autant savantes que les hommes c’est parce que premièrement elles ne vont pas à l’école. Il existe quelques écoles dans Paris au XVème siècle, mais trop peu pour que toutes les petites filles soient éduquées. De plus, les cours enseignés ne leur permettent pas d’acquérir des connaissances suffisantes pour se confronter aux garçons. Une fois jeunes femmes, elles sont occupées aux affaires de la maison et ne peuvent mettre en pratique ce qu’elles ont appris – si elles se sont déjà instruites.