Revenir au site

Top 10 des chansons féministes qu'on écoute en boucle

Par Julie Marangé - co-fondatrice de Feminists in the City

· Actualités

Les revendications politiques passent aussi par l'art. Nombreuses sont les artistes à porter la cause féministe à travers leurs chansons et vidéos célébrant leur liberté, leur corps, ou en dénonçant leurs agressions, les inégalités de genre et le système sexiste. Elles continuent de nous redonner confiance, de nous faire chanter, danser, de nous réconforter et de nous donner envie de continuer à nous battre! Chacune à leurs façon, du #self-love à l'#intersectionnalité les chanteuses féministes aident à faire avancer l'égalité entre les genres !

Voici le Top 10 Feminists in the City (visites guidées & webminars féministes) des chansons féministes 2009-2020 à (re)écouter avant et après le confinement !

1. Demi Lovato - I Love Me (2020) #self-love

"Oh, pourquoi me comparer à tout le monde ?
Et j'ai toujours mis le doigt sur l'autodestruction
Je me demande quand mon amour pour moi-même me suffira"

Ouvertement féministe, Demi Lovato a fait l'objet d'intense slut-shaming et d'innombrables remarques grossophobes sur Instagram. Depuis Septembre 2019, elle a décidé de dépasser ses complexes en postant d'elle sur Instagram une photo en maillot de bain non retouchée, cellulite visible: "Je suis littéralement épuisée d’avoir honte de mon corps, de le retoucher (...) pour que les autres pensent que je corresponds à leur vision de la beauté, mais ce n’est juste pas moi. (...) Pour ce nouveau chapitre de ma vie, je veux être fidèle à ce que je suis plutôt que d’essayer de correspondre aux critères des autres. Donc me voilà, sans honte et sans peur, fière de posséder un corps qui est passé par tellement de choses et qui va continuer de m’étonner quand j’accoucherai un jour, je l’espère."

Dans I Love Me, elle nous invite à une acceptation de soi sans conditions.

2. Miley Cyrus - Mother's Daughter (2019) #liberté sexuelle

"Oh mon Dieu, elle a le pouvoir
Oh, regardez-la, elle a le pouvoir
Alors, ne jouez pas avec ma liberté
Je suis revenue pour en avoir
Je suis méchante, je suis diabolique"

"Every woman is a riot". Miley Cyrus débute fort son clip, ouvertement militant. Les allusions à la liberté des femmes de disposer de leur corps se déchaînent dans le clip, accompagnées de référence au groupe féministe radical FEMEN. Quoi de mieux pour choquer la morale publique ? Avec fierté, l'artiste nous fait le cadeau de l'affirmation d'une liberté sexuelle assumée, insistant sur la célébration d'une diversité des corps, des genres, et des comportements sexuels.

3. Angèle - Balance ton quoi (2019) #harcèlement de rue

"Ils parlent tous comme des animaux
De toutes les chattes ça parle mal
2018 j'sais pas c'qui t'faut
Mais je suis plus qu'un animal"

Le Harcèlement de rue ? Pff..! Pas d'actualité en confinement. ET BIEN SI! Le confinement n'a pas empêché le harcèlement de rue de perdurer, souvent même à quelques mètres du logement. Certaines femmes, qui espéraient y échapper grâce à l'interdiction de sortie ont donc très vite déchanté. Pas un moment de répit ! Quelques unes se sont d'ailleurs confiées à France Inter sur cette expérience : "T'es peut-être la dernière personne que je vais pouvoir violer, viens ici ! ", à entendu Marion, 29 ans, peu après l'annonce du confinement.

Avec Balance ton Quoi, qu'Angèle a interprété lors du One World Together at Home, elle nous régale de sa dénonciation du harcèlement de rue et du sexisme ordinaire.

4. Little Mix - Joan of Arc (2019) #empowerment

"Vous êtes du genre féministe. Oh ouais, je le suis !

Elles font fureur en Grande-Bretagne. Passées du "girl power" rappelant les Spice Girls à un féminisme assumé dans leur dernier album, le groupe anglais Little Mix déchaîne les foules de jeunes filles de la communauté queer. En 2019, lors d'un concert à Dubaï où les rapports sexuels entre deux personnes du même genre sont plus qu'illégaux, elles ont balancé un énorme drapeau arc-en-ciel LGBTQIA+ sur l'écran géant de la scène lors de l'interprétation de leur Secret Love Song, destinée à cette communauté. Baddass, non?

Dans Joan of Arc les quatre acolytes revendiquent l'indépendance économique des femmes. Elles les invitent à se sentir empouvoirées, comme Jeanne d'Arc et Cléopatre. Challenge accepté.

5. Hailee Steinfeld - Most Girls (2017) #sororité

"La plupart des filles sont intelligentes, fortes et belles. La plupart des filles, travaillent dur, vont loin, on ne peut pas les arrêter. Pour la plupart des filles, c'est un combat pour passer chaque journée. Il n'y a pas deux filles identiques. Je veux être comme la plupart des filles"

"Tu n'es pas comme les autres filles, (tu es spéciale)". Vous le connaissez, ce "compliment" qui vise à faire sentir une femme spéciale ? Il promet un boost de l'ego, mais se base entièrement sur la compétition féminine ambiante dans nos société modernes, syndrome du système sexiste et patriarcal. Dans Most Girls, la jeune Hailee Steinfeld a un message clair et fort: ne complimentez pas les femmes en les comparant à d'autres femmes: c'est une compétition qu'aucune de nous n'a acceptée. Magnifique message de sororité !

6. Kesha - Praying (2017) #metoo

"T'as rapporté tes flammes et tu m'as fait vivre l'enfer
J'ai dû apprendre à me battre pour moi-même
Et nous savons tous les deux toute la vérité que je pourrais dire"

En 2014, Kesha poursuit en justice son producteur Dr Luke, cherchant à annuler tous leurs contrats en raison de la manière dont celui-ci l'a "abusée sexuellement, physiquement, verbalement et émotionnellement au point qu'elle a failli perdre la vie". Quelques années avant #Metoo, l'affaire n'a pas été aussi médiatisée qu'elle aurait dû l'être. En 2016, Le juge rejette toutes les plaintes de Kesha. Elle devra abandonner les poursuites en 2017. Son cauchemar ne s'arrête pas là. En Février 2020, elle est attaquée par Dr Luke pour diffamation, faisant écho à la situation de Sandra Muller en France, initiatrice de #Balancetonporc, condamnée à 15,000€ de dommages et intérêt au titre du préjudice moral.

Dans Praying, chanson on ne peut plus émouvante, on ne peut que deviner l'expression d'une partie de son expérience et son chemin de croix vers le pardon et la paix intérieure.

7. Princesse Nokia - TOMBOY (2016) - #anti-conformisme

"Cette fille est un garçon manqué !
Avec mes petits nichons et mon gros ventre"

Peu connue en France, Princess Nokia est une rappeuse, productrice et chanteuse d'origine afro-puerto-ricaine de New York qui fait des vagues dans le monde du hip-hop. Et comment s'identifie-t-elle ? Comme un garçon manqué. Comme une inadaptée, une queer, une sorcière, une féministe (intersectionnelle, très clairement), une femme qui parle pour les autres et pour elle-même. On avait assisté à son concert il y a un an à Paris, où elle insistait pour que les femmes soient aux premières loges afin qu'elles puissent s'exprimer comme elles le souhaitent sans que les hommes n'envahissent leur espace.

Très engagée notamment pour les femmes racisées, Princess Nokia nous présente tout son féminisme et sa personnalité de femme hors normes dans TOMBOY.

8. Mona Haydar - Wrap my Hijab (2017) - #femmes musulmanes

"Faites une planète féministe, où les détracteurs des femmes seraient bannis. Qu'on se couvre ou non, ne nous prenez jamais pour acquises".

À une époque où beaucoup considèrent le hijab comme un symbole d'oppression, la militante musulmane syro-américaine Mona Haydar publie un single de rap célébrant les femmes voilées.

Dans Wrap my Hijab, la rappeuse musulmane et féministe appelle à la libération des toutes femmes et à l'acceptation de toutes dans la différence, répondant ainsi aux messages discriminatoires qu'elle reçoit régulièrement concernant son hijab. Le refrain est tellement entraînant qu'il est difficile de se le sortir de la tête !

9. Beyoncé - Flawless ft. Chimamanda Ngozi Adichie (2014) #injonctions

"Nous apprenons aux filles à se rétrécir, à se faire plus petites
Nous disons aux filles : 'Tu peux avoir de l'ambition, mais pas trop

Tu dois viser la réussite, mais pas trop
Sinon, tu menaceras l'homme'".

On l'a vu dans notre blog 'Que pensent les féministes du coronavirus': le confinement n'a pas étouffé les injonctions faites aux femmes. Toujours chargées de la majorité des tâches ménagères et domestiques dans les couples hétérosexuels (à plus de 72%), les femmes font en plus face à la pression imposée par les injonctions à la beauté.

De ce fait, les féministes craignent un manque d'opportunités d'indépendance financière manquées, car les femmes sont invitées à passer plus de temps sur leurs apparences et les tâches domestiques que sur leurs projets profesionnels. Dans Flawless, Beyoncé nous conseille de nous réveiller en nous sentant sans failles, en cessant de nous comparer aux normes esthétiques imposées.

10. Ciara - Like a Boy (2009) - #mieux-que-rien-c'est-pas-assez

"Si je te traitais comme un jouet
Parfois, j'aimerais pouvoir agir comme un garçon"

En 2009, Ciara sortait Like a Boy, chanson dans laquelle elle dénonce la masculinité toxique qui invite les hommes à traiter les femmes comme des jouets, voir des objets. C'était il y a déjà plus de dix ans. La vague de #Metoo et #Balancetonporc a permis une remise en question de la représentation des masculinités dans la culture populaire, notamment hollywoodienne. Mais le chemin est encore long, et mieux que rien, c'est pas assez ! Alors Feminists in the City vous attend pour faire rayonner l'égalité et faire avancer le féminisme ensemble, lors de nos prochaines visites, webminars ou discussions féministes.

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK