Revenir au site

Judy Chicago: un art personnel et féministe

Par Ana Sonderéguer pour Feminists in the City

· Pop culture,Portraits de femmes

Nous ne pouvons pas revisiter l’art féministe sans parler de l’œuvre de Judy Chicago, artiste pionnière qui, à travers le développement de programmes d’art féministe et de son travail avec les jeunes créatrices, initia un mouvement clé pour l’histoire de l’art contemporain[i].

Judy Chicago encourageait les étudiantes à intégrer dans leurs œuvres leurs expériences personnelles. Elle les faisait réfléchir à ce qu'elles avaient vécu en tant que femme pour ensuite traduire leurs ressentis sous un format artistique, le but étant aussi celui d’intégrer le politique dans ces productions. Elle intégra complétement le mantra du féminisme des années 70 : "le privé est politique"

En 1970, Judy Chicago fonda le premier programme éducatif d’art féministe, à la California State University. Dans ce cadre, l’artiste collabora avec ses étudiantes pour développer des représentations autour des organes sexuels féminins, dans le but de les théoriser comme images centrales de la pratique féministe. Ces images sont ensuite devenues symboles de fierté de leur identité de Femme.

Le projet Womanhouse : un endroit à soi

Un an plus tard, Chicago déménage pour mettre en place, aux côtés de Miriam Schapiro, le même programme à l’Institut d’Art de Californie. Ce fut à l’intérieur de cette institution qu’une œuvre emblématique pour le mouvement se développa : Womenhouse. Il s’agit d’une maison abandonnée, cédée par la ville de Los Angeles, utilisée par Chicago, Schapiro et leurs étudiantes. Les artistes intervenantes créèrent des installations propres à chaque pièce avec l’objectif d’explorer, d’analyser et de critiquer l’idéal féminin né dans l’après-guerre. Chaque œuvre étudiait les tâches ou rôles culturels assignés à la femme au sein de la maison. Womenhouse fut une première œuvre collaborative qui challengeait les notions établies à l’époque. La pièce