Revenir au site

Que nous dit la langue allemande de l'égalité entre des genres?

Par Cécile Fara, co-fondatrice de Feminists of Paris

· Histoire,Débats

Craignez-vous que nos législateurs français [...] longtemps pris au piège de pratiques politiques aujourd'hui dépassées, ne vous disent à nouveau : femmes, qu'y a-t-il de commun entre vous et nous ? Tout, vous aurez à répondre.

 

Olympes de Gouges, 1791.

Olympe de Gouges, en rédigeant et en publiant la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, pionnière en la matière, en 1791, a montré, au péril de sa vie, que la langue jouait un rôle crucial dans la formation et la perpétuation des modèles de société. Ce pamphlet ironique, qui critiquait la Déclaration révolutionnaire des droits de l'homme et du citoyen de 1789, impliquait qu'en reconnaissant légalement "les droits naturels, inaliénables et sacrés de l'homme ", l'Assemblée nationale française avait délibérément fait référence à "l'homme ", au lieu de " l'humanité ", laissant ainsi les femmes de côté.

Olympes de Gouges (Street Art par ME-PARIS), comme on le voit dans notre visite féministe de Montmartre, Paris.

L'idée de la langue comme produit culturel, miroir de la société, et donc comme l'un des médias de l'oppression des femmes, a été développée par les féministes de la deuxième et de la troisième vague à partir des années 1970. Elles ont affirmé qu'une évolution de la langue est une étape nécessaire vers la pleine égalité entre les genres (Pusch 1984). Depuis lors, de nombreux efforts ont été fournis pour rendre le langage plus juste envers les femmes - l'UNESCO, par exemple, a publié des rapports sur diverses langues, dont l'allemand, qui identifient des modèles de discours sexistes et sensibilisent à la discrimination des femmes par l'utilisation de formulations et d'expressions spécifiques et par la grammaire elle-même, tout en proposant des alternatives et des moyens de résoudre ce problème (Hellinger, Bierbach 1993).

Cependant, certains linguistes contemporains comme Lann Hornscheidt ont récemment mis l'accent sur la nature inégale inhérente au langage : même s'il devient totalement inclusif pour les femmes, il restera injuste pour les autres minorités, en particulier pour celles qui ne s'associent ni au genre masculin ni au genre féminin (Trenkamp 2014). On se demandera donc dans cet article si "eine Sprache für beide Geschlechter" ("une langue pour les deux genres") serait satisfaisante ou si la langue devrait être revue pour tenir compte de la pluralité des identités de genre. Cet article se concentrera principalement sur la langue allemande, en analysant d'abord certaines des inégalités grammaticales, syntaxiques et rhétoriques entre les genres, pour réfléchir ensuite à leur impact sur les sociétés germanophones, avant d'aborder enfin plus largement la question du genre en relation avec la langue.

Souligner les inégalités entre les femmes et les hommes en matière de langage

Le développement de la linguistique féministe depuis les années 1960 a permis de mieux comprendre le sexisme dans le langage et a contribué à créer des modèles communs à la plupart des langues indo-européennes. Depuis la publication du livre de Luise Pusch, Deutsch als Männersprache, en 1984, les linguistes reconnaissent que l'allemand est une langue sexiste ou, comme le dirait Dale Spender (1980), une langue "artificielle". La présente section analyse certaines facettes de la langue allemande qui ont été considérées comme sexistes ou discriminatoires à l'égard des femmes et établit une comparaison, le cas échéant, avec d'autres langues.

Pour commencer, il est intéressant d'examiner les expressions grammaticales du genre. L'allemand compte trois genres grammaticaux : masculin, neutre et féminin. La règle générale est que les êtres animés féminins ou masculins sont désignés par le genre correspondant, mais il y a quelques exceptions qui pourraient être interprétées comme des expressions d'inégalités entre les genres. L'allemand pour "la fille" est "das Mädchen", tandis que pour "le garçon", c'est "der Junge". Pour revenir au poème de Mark Twain "The awful German language" (" La terrible langue allemande ") : "En allemand, une jeune femme n'a pas de sexe, alors qu'un navet en a. Pensez à la vénération excessive que cela montre pour le navet, et à l'irrespect impitoyable pour la fille". (1880) Grammaticalement, cela est dû au fait que le suffixe "-chen" - comme "-lein" pour l'ancienne "Fräulein", qui était utilisé pour les célibataires ou les jeunes femmes - a une qualité diminutive qui rend le mot neutre.

C'est comme si les filles, lorsqu'elles n'ont pas encore atteint la puberté, n'étaient pas définies par leur féminité, mais que la masculinité des garçons était reconnue dès le début de leur vie. Comme l'explique la journaliste Céline Lauer à propos du mot " Fräulein " (2012) : " Was die Feministinnen hierzulande zudem wirklich stören musste, war nicht nur der Diminutiv, sondern die Versachlichung zum Neutrum. Welche Frau lässt sich schon gerne als kleines Ding titulieren ?" ("Ce qui a aussi vraiment dérangé les féministes de ce pays n'était pas seulement le diminutif, mais l'objectivation du neutre. Quelle femme aimerait qu'on la considère comme une petite chose ?")

Un autre exemple du sexisme inhérent aux suffixes allemands est le fait que de nombreux mots féminins sont dérivés de leur équivalent masculin. Marlis Hellinger utilise l'exemple suivant pour illustrer cette idée (1995 : 303) : "Rechtsanwalt " est le mot pour " avocat" et " Rechtsanwältin " le mot pour "avocate ". Il y a donc une relation de dépendance entre le mot féminin et sa racine masculine, qui n'est cependant pas réciproque : si cette dernière n'existait pas, le mot féminin n'existerait pas non plus, mais le contraire ne s'applique pas. Pour Dale Spender (1980 : 22), les suffixes utilisés pour désigner les femmes sont une " déviation de la norme ", ce qui implique que "l'être humain normal est l'être humain masculin". Pour des mots tels que " Rechtsanwalt ", l'utilisation du suffixe indique également la féminisation de la profession, qui était auparavant dominée par les hommes. Cela contraste avec des mots tels que " Krankenschwester " (infirmière) qui soulignent la connotation sociale de la profession comme étant à prédominance féminine.

Ceci est parallèle à l'un des principaux axes de la linguistique féministe, à savoir la critique du masculin générique - et parfois du féminin générique - également appelé " faux génériques " (Prewitt-Freilino, Caswell, Laakso 2012 : 270). Le masculin générique est généralement utilisé lorsque le sujet d'une phrase reste inconnu, comme l'illustre l'exemple utilisé par les auteurs susmentionnés : "Quand un élève laisse tomber un crayon, il doit aussi le ramasser". (270)

En effet, Anne Mills (1986 : 10) explique qu'en anglais et en allemand, "la forme masculine du pronom n'est pas marquée par rapport à la forme féminine puisque, entre autres, les pronoms personnels indéfinis tels que "someone", "jemand", "whoever" ou "wer" sont désignés par la forme masculine uniquement ". Cela indique que les formes masculines peuvent englober à la fois les hommes et les femmes - les femmes n'étant qu'indirectement impliquées - alors que les équivalents féminins restent spécifiques aux femmes uniquement. Pour revenir à l'exemple précédent de Marlis Hellinger (1995 : 303) : "der Rechtsanwalt" peut être utilisé dans un contexte général, tandis que "die Rechtsanwältin" ne peut pas . Il en va de même pour les formes plurielles ("die Rechtsanwälte" et "die Rechtsanwältinnen"). Black et Coward résument ainsi (1990 : 132) : "les attributs de l'homme peuvent en fait disparaître dans un sujet "non sexué" [...]. Les femmes, par contre, n'apparaissent jamais comme des sujets non sexués".
           

Après avoir analysé et décrit certains des déséquilibres de la langue allemande, il est important d'approfondir les racines et les expressions de ces déséquilibres. L'adaptation de la langue est-elle une nécessité ou même un moyen de parvenir à une plus grande égalité entre les genres ? Comme le dit Dale Spender (1980 : 16) : " Quelle est la relation entre la dévaluation des femmes dans la langue et leur dévaluation dans la société ?

Langue et société : une interdépendance inextricable ou un simple pragmatisme circonstanciel ?

L'une des principales problématiques auxquelles la linguistique féministe est confrontée est l'étendue de la relation d'une société avec sa langue. Dale Spender (1980 : 32) parle de " deux camps ", à savoir " ceux qui pensent qu'il est plus important de changer la langue, et ceux qui pensent qu'il est plus important de changer la société". En effet, certains semblent croire que se concentrer sur la langue s'écarte des principaux enjeux du féminisme, c'est-à-dire faire avancer l'égalité concrète entre les femmes et les hommes. D'autres estiment que le langage joue un grand rôle dans la formation de nos mentalités et de nos opinions, et qu'il doit être transformé ou adapté si nous voulons atteindre et réaliser l'égalité entre les femmes et les hommes. Cependant, pour Dale Spender (1980 : 32), les deux sont " d'égale importance et aucun des deux ne mènera à la réussite en soi ".

Elle considère (1980 : 157) que, comme on l'a vu précédemment, les masculins génériques "rendent les hommes linguistiquement visibles et les femmes linguistiquement invisibles " et tire de cette observation "qu'il semble raisonnable de supposer que le monde est masculin jusqu'à preuve du contraire". En effet, pourquoi les termes génériques (tels que " man " ou " der Mensch ") et les formes en allemand devraient-ils être masculins (Mills 1986 : 22) ? Pour de nombreux linguistes féministes, cette hiérarchie des sexes dans le langage, avec l'homme comme norme, comme supérieur, est un miroir de la société patriarcale (Cameron 1990 : 9). Schulz développe cette idée, déclarant que " les mots qui sont fortement chargés d'émotion, de tabou ou de dégoût (comme le sont tant de mots pour les femmes) ne reflètent pas seulement la culture qui les utilise. Ils enseignent et perpétuent les attitudes qui les ont créés " (1975 : 73).

Deborah Cameron (1990 : 9) donne une dimension psychologique à cette étude dans l'introduction de son livre La critique féministe du langage en expliquant que le langage, dans la tradition lacanienne, doit être considéré comme "le fondement de la culture ", par l'acquisition duquel chaque individu devient un "être culturel ". Etant donné que, dans les ordres patriarcaux, le phallus est le signifiant, " l'ordre du langage est un ordre masculin ", laissant ainsi les femmes à l'écart. Dale Spender (Cameron 1990 : 13) a été une ardente défenseuse de cette idée, car elle estime que la sémantique et la grammaire rendent les hommes positifs, "de sorte que les principes du chauvinisme masculin sont codés dans le langage ", ce qui conduit à exclure les femmes de " l'attribution des noms et des définitions ". Si les femmes ne participent pas à l'élaboration de la langue, elles ne pourront pas se sentir pleinement à l'aise pour l'utiliser (9). Par conséquent, si une société veut parvenir à l'égalité entre les sexes, elle doit revoir son langage pour y inclure les femmes.

C'est ce qu'illustre Tillie Olsen (1980 : 165), qui parle de "la gêne (et souvent du ridicule) si nous essayons maintenant d'être précis ". Dire : il/elle, il/elle, ou le "il.elle " non grammatical est un changement linguistique nécessaire pour elle. Elle semble croire que les femmes ont du mal à transgresser le masculin prescriptif et générique et à imposer la féminisation d'une phrase. Même si cela a été écrit dès 1980, un tel phénomène peut encore être observé aujourd'hui. Toutes les alternatives au masculin générique - telles que le " Binnen-I ", le fractionnement abrégé ou la double spécification, comme l'énumère Marlis Hellinger (1995 : 300) - qui ont été développées en langue allemande, soit perturbent la syntaxe (Neukirch 2013), soit sont considérées comme une perte de temps et d'argent (Hellinger 1995 : 300). Ils restent également en majorité assez androcentriques, étant donné que le masculin en tant que racine du mot n'évolue pas, le suffixe féminin étant la seule addition (" Bürger/innen ", " LeserInnen ") (Hellinger 1995 : 300). De plus, ces formes ne peuvent pas être entendues en parlant. Il est donc compliqué de trouver une solution satisfaisante, ce qui signifierait que l'inclusion des femmes dans la parole ne serait pas un effort. Comme le dit Luise Pusch (Oltermann 2014) : " La langue doit être confortable et juste. [...] Pour l'instant, l'allemand est une langue très confortable, mais très injuste".

Accepter que la langue soit un produit culturel, qui influence la société autant que la société l'influence, implique que l'égalité des sexes passe aussi par la langue et ne sera pas atteinte sans modifications de cette dernière. On pourrait cependant se demander si un langage parfaitement égalitaire ne pourrait pas être en quelque sorte contre-productif en ce sens qu'il perpétuerait les binaires de genre et laisserait donc de côté les individus qui ne s'associent pas à un genre spécifique.
 

Une approche multidimensionnelle du genre dans la langue : quelle place est donnée aux individus non binaires dans la langue allemande ?

Un langage qui serait équitable pour les femmes et les hommes constituerait une percée majeure. Cependant, les recherches fondées sur la différence entre le sexe et le genre ont montré que les deux sont des concepts difficiles et qu'ils comprennent un large éventail d'identités étonnamment différentes. Comme l'explique Shannon Dea (2016), certains individus non binaires (" transgenre ", " fluide de genre ", " agender " ou " genderqueer") pourraient avoir du mal à trouver des moyens de se définir dans le langage existant : " ils pourraient utiliser des pronoms neutres comme " ze " ou " hir " au lieu de " s/he and him/her ". En allemand, la présence du genre grammatical rend impossible la neutralité du genre comme en anglais (Mills 1986 : 13). En anglais, il suffit de changer les pronoms personnels comme mentionné ci-dessus, alors qu'en allemand, la phrase entière est adaptée au sexe du sujet par le système de déclinaison.

Certaines linguistes féministes ont proposé des solutions pour résoudre ce problème. Lann Hornscheidt (Trenkamp 2014), par exemple, demande à être appelée " Professx ", aussi bien à l'oral que sur le papier, afin que son genre n'apparaisse pas dans son titre. C'est ce qu'elle croit : "für Communitys, die sich nicht in der Zweier-Genderung wiederfinden, bedeuten solche Sprachformen eine große Erleichterung" ("pour les communautés qui ne sont pas dans le double sexe, ces formes linguistiques sont un grand soulagement "). Des méthodes telles que l'écart entre les sexes ('Student_innen') ou l'étoile de genre ('jede(*)r') sont également difficiles à lire et parfois critiquées, mais elles offrent des alternatives au binaire de genre (Neukirch 2013). Cependant, elles ne peuvent pas non plus être utilisées dans le discours oral. Faut-il donc continuer à utiliser ces formes inventées, qui ont aussi leurs inconvénients, ou faut-il neutraliser totalement la langue ?

Luise Pusch a été, dès le début, une partisane de la neutralisation du genre. Dans son livre Deutsch als Männersprache, elle explique comment adapter le langage de cette manière (1984). Par exemple, l'utilisation de " die Studierende " (le corps étudiant) au lieu de "die Studenten " (les étudiants), qui est un faux générique, ou de " die Studenten und die Studentinnen " - une double spécification - est un moyen de désigner les étudiants et les étudiantes, ainsi que les individus non binaires, par un seul mot. Une autre façon de procéder serait d'utiliser des mots généraux au lieu de mots spécifiques au genre : " die Arbeitskraft " au lieu de " die Arbeiter " (Hellinger, Bierbach 1993). Luise Pusch (1984 : 61) va même plus loin en disant que la neutralisation des genres pourrait également s'appliquer aux mots singuliers, que le suffixe " -in " pourrait être supprimé et que des formes telles que " die Student " pourraient être introduites. La seule inquiétude serait que la neutralisation de la langue maintienne la société dans un état patriarcal. Cependant, il ne faut pas remettre en cause le fait qu'elle transcende les genres et qu'elle est donc très inclusive.

Conclusion

Dale Spender (1980 : 31), en soulignant qu'elle ne " pense pas qu'on puisse compter sur la société pour changer automatiquement dans une direction que les féministes trouveraient acceptable ", souligne l'idée que tout effort de sensibilisation au statut défavorisé des femmes et des personnes non binaires par rapport aux hommes contribuera à changer les mentalités et peut-être à réaliser concrètement l'égalité des sexes. Transformer l'allemand en " eine Sprache für beide Geschlechter " signifierait porter un coup dur au patriarcat : comme le conclut Tillie Olsen (1980 : 165), les facettes de la langue qui doivent être changées sont " les marques de réalités de pouvoir ancrées depuis des siècles ".

Cependant, sortir les femmes de l'état d'invisibilité linguistique dans lequel elles se trouvent en raison de faux génériques et de déséquilibres lexicaux et grammaticaux signifierait également la perpétuation des binaires de genre dans le langage et, dans une certaine mesure, dans la société. En se concentrant uniquement sur l'égalité entre les femmes et les hommes, on pourrait avoir tendance à oublier la complexité de la société contemporaine et la pluralité des problématiques liées au genre. Pour rendre le langage plus juste, il devrait être adapté pour inclure et rendre visible chaque individu, quel que soit son sexe ou son genre. La suppression de la domination masculine dans le langage et de " l'homme comme norme " serait un pas de géant vers la création d'une société plus tolérante et plus égalitaire. La question qui demeure est de savoir si une méthode linguistique satisfaisante - que les institutions, les entreprises et les individus accepteront d'adopter dans leur communication quotidienne - est susceptible d'être développée dans un avenir proche.

La question du langage inclusif est souvent soulevée lors de nos visites féministes à pied dans Paris comme Street Art & Féminisme. J'espère vous rencontrer bientôt et discuter de ce phénomène !

Bibliographie:

Littérature:

Black, Maria and Coward, Rosalind (1990) ‘Linguistic, Social and Sexual Relations: A Review of Dale Spender’s Man Made Language’, in Cameron, Deborah (ed.) (1990) The Feminist Critique of Language: A reader, London, New York: Routledge, pp.111-118.

Cameron, Deborah (1990) ‘Introduction: Why is language a feminist issue?’ in Cameron, Deborah (ed.) (1990) The Feminist Critique of Language: A reader, London, New York: Routledge, pp.1-28.

Dea, Shannon (2016) Beyond the Binary: Thinking about Sex and Gender, Peterborough: Broadview Press.

de Gouges, Olympe (1791) Declaration of the Rights of Woman and the Female Citizen <https://chnm.gmu.edu/revolution/d/293/>

French National Assembly (1789) Declaration of the Rights of Men and the Citizen <http://avalon.law.yale.edu/18th_century/rightsof.asp >
Hellinger, Marlis (1995) ‘Language and Gender’ in Stevenson, Patrick (ed.) The German Langauge and the Real World, Sociolinguisitc, Cultural and Pragmatic Perspectives on Contemporary German, New York: Oxford University Press, pp. 281-316.

Hellinger, Marlis & Bierbach, Christine (1993) „Eine Sprache für beide Geschlechter, Richtlinien für einen nicht-sexistischen Sprachgebrauch“, Bonn: Deutsche UNESCO-Kommission < https://www.unesco.de/fileadmin/medien/Dokumente/Bibliothek/eine_sprache.pdf >.

Mills, Anne (1986) The Acquisition of Gender, A Study of German and English, Berlin, Heidelberg: Springer-Verlag.
Olsen, Tillie (1990 [1980]) ‘Extracts from Silences’ in Cameron, Deborah (ed.) (1990) The Feminist Critique of Language: A reader, London, New York: Routledge, pp.164-165.

Prewitt-Freilino, J.L., Caswell, T.A. & Laakso, E.K. (2012) ‘The Gendering of Language: A Comparison of Gender Equality in Countries with Gendered, Natural Gender, and Genderless Languages’ In: Sex Roles, Volume 66, Issue 3, pp. 268-281.

Pusch, Luise (1984) Deutsch als Männersprache: Aufsätze und Glossen zur feministischen Linguistik, Frankfort: Suhrkamp.

Schulz, Muriel (1975) ‘The semantic derogation of women’ in Thorne, Barrie & Henley, Nancy (eds.) Language and Sex: Differences and Dominance, Rowley: Newbury House pp. 64-75.

Spender, Dale (1980) Man Made Language, Glasgow: Pandora Press, HarperCollins Publishers.

Twain, Mark (1880) ‘The Awful German Language’ In: A Tramp Abroad < https://www.cs.utah.edu/~gback/awfgrmlg.html >.

Sites internet:

Lauer, Céline (10 January 2012) [online] „Französische Gemeinde sagt Adieu zur Mademoiselle” In: Die Welt <https://www.welt.de/vermischtes/article13808084/Franzoesische-Gemeinde-sagt-Adieu-zur-Mademoiselle.html > accessed 2 January 2017.

Neukirch, Ralf (22 April 2013) [online] „Sein Name ist Sie” In: Der Spiegel 17/2013 < http://www.spiegel.de/spiegel/print/d-92536984.html > accessed 7 December 2016.

Oltermann, Philip (24 March 2014) [online] ‘Germans try to get their tongues around gender-neutral language’ In: The Guardian < https://www.theguardian.com/world/2014/mar/24/germans-get-tongues-around-gender-neutral-language > accessed 9 December 2016.

Trenkamp, Oliver (24 April 2014) [online] „Professix im Geschlechterkampf”, Interview with Lann Hornscheidt, In: Spiegel Online < http://www.spiegel.de/lebenundlernen/uni/gendertheorie-studierx-lann-hornscheidt-ueber-gerech

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK